Management des Organisations

Utilisez vos yeux, vos oreilles, votre cerveau droit et votre cerveau gauche pour progresser en management.

Les professeurs de classes prépa craignent pour leurs salaires

http://www.la-croix.com/

Alors que se prépare une réforme du métier d’enseignant, les professeurs de prépa menacent de faire grève lundi prochain pour conserver leurs heures de décharge.

En quoi le statut des professeurs de classe préparatoire est-il spécifique ?

Depuis 1950, les enseignants du secondaire sont payés pour donner entre quinze et dix-huit heures de cours par semaine selon qu’ils sont agrégés ou titulaires d’un Capes. Mais les professeurs de classes préparatoires bénéficient d’une exception. Au regard du travail de préparation qui leur est demandé, ils sont « déchargés » d’une grande part de leurs « obligations réglementaires de service ».

Ils touchent l’intégralité de leur salaire pour dix heures de cours, et même une heure de moins s’ils enseignent à des élèves de deuxième année, et jusqu’à deux de moins s’ils font classe une heure par semaine devant plus de 35 élèves. Au-delà, ils sont payés en heures supplémentaires, y compris pour les heures de « colles », ces interrogations orales tant redoutées par les élèves.

Ainsi, selon la Cour des comptes, un professeur de prépa agrégé gagne en moyenne 4 108 € net par mois à quinze ans de carrière et 4 812 € à 30 ans de carrière. Le titulaire d’une chaire supérieure perçoit quant à lui 5 289 € à quinze ans de carrière et 5 745 € à trente ans.

Que prévoit la réforme ?

Le ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon, qui a ouvert ce dossier sensible avec les syndicats le 18 novembre, a déjà annoncé qu’il souhaiterait remettre à plat le système de décharges en y intégrant les enseignants en zones d’éducation prioritaire, à qui il est également demandé un investissement particulier.

Dans un cadre budgétaire très contraint, ces derniers pourraient « gagner » des heures de décharge, au détriment de leurs collègues de prépa. Lesquels, dans une pétition qui a déjà reçu 18 000 signatures, évoquent une amputation de 10 à 20 % pour une ou deux heures de décharge en moins.

Que demandent les professeurs de prépa ?

Alléger la tâche des professeurs en poste dans une zone sensible est « a priori louable », estime Blanche Lochmann, présidente de la Société des agrégés. Mais elle juge « démagogique de chercher la contrepartie » dans « l’augmentation des obligations de service » et la diminution de la rémunération de professeurs « sélectionnés pour leur mérite ».

Dans un communiqué commun, les associations des professeurs de classes prépa demandent le retrait du projet, accusant le gouvernement de dresser « les uns contre les autres ». Ces enseignants mettront ou pas à exécution leur menace de grève pour lundi 9 décembre, en fonction de l’issue des discussions qu’ils auront après-demain avec Vincent Peillon.

Le ministre a fait avoir samedi 30 novembre qu’il ne souhaitait pas « s’en prendre aux classes préparatoires ». Il a toutefois souligné un problème « de transparence et de justice », avec des profs de prépa qui « ont peut-être des situations meilleures que d’autres ».

JEAN-BAPTISTE FRANÇOIS

Publicités