Management des Organisations

Utilisez vos yeux, vos oreilles, votre cerveau droit et votre cerveau gauche pour progresser en management.

Le Commissariat général à l’investissement est chargé de la mise en oeuvre du programme d’investissements d’avenir.

Les investissements d’avenir

Depuis plusieurs années, l’économie française souffre d’une insuffisante capacité à innover. Cette chute de la productivité limite notre rythme de croissance potentielle pour les années à venir.

Aujourd’hui, en période de sortie de crise, une reprise durable est primordiale pour la France. Il devient urgent et nécessaire de renforcer la productivité, d’innover, d’accroître la compétitivité des entreprises mais aussi de favoriser l’emploi et de promouvoir l’égalité des chances.

Investir pour l’avenir est un besoin urgent pour notre pays. Mais au delà du quantitatif, nous arrivons aujourd’hui à un tournant qualitatif. C’est dans cet esprit que le Président de la République a lancé le 14 décembre 2009 les « investissements d’avenir ».

Ceux-ci n’appauvriront pas l’Etat, bien au contraire. Les investissements d’avenir financeront des actifs rentables et des infrastructures de recherche et d’innovation utiles pour le développement économique de notre pays.

Suite aux travaux de la Commission Juppé-Rocard, le programme d’investissements d’avenir se voit confier une enveloppe globale de 35 milliards d’euros pour que la France se place à la pointe de l’innovation.

Le Commissaire général Louis Gallois, accompagné de son adjoint Philippe Bouyoux et de son équipe, coordonne les travaux interministériels sous l’autorité du Premier ministre. Il est chargé de veiller à la cohérence de la politique d’investissement de l’Etat. Pour ce faire, il prépare les décisions du Gouvernement relatives aux contrats passés entre l’Etat et les organismes chargés de la gestion des fonds, il coordonne la préparation des cahiers des charges accompagnant les appels à projets, il supervise l’instruction des projets d’investissement et formule des avis et des propositions. Enfin, il veille à l’évaluation des investissements et dresse un bilan annuel de l’exécution du programme.

Pour l’aider, une équipe resserrée réunissant des compétences de haut niveau en provenance des secteurs public et privé, a été constituée.
Les personnes ont été recrutées à l’issue d’une procédure de sélection rigoureuse, associant un cabinet de recrutement et un comité de nomination indépendant (constitué de personnalités d’horizons divers et présidé par Henri LACHMANN).

Le Commissariat général à l’investissement s’assure de la transparence et de la qualité des procédures de sélection, veille au bon emploi des ressources au regard des retombées attendues, ainsi qu’à la cohérence des différentes actions lors des trois différentes phases du programme d’investissements d’avenir :

  • Une première phase de préparation des conventions entre le Premier ministre et chacun des opérateurs (Agence nationale pour la recherche, OSEO…) pour fixer les objectifs de chaque action ainsi que les modalités de sélection et d’évaluation des projets.
  • Une deuxième phase de gestion des appels à projets qui consiste à la rédaction des cahiers des charges, à l’instruction des dossiers et à l’évaluation par un jury. La décision finale relèvera de l’Etat en dernier ressort.
  • Enfin, une troisième phase de réalisation et de suivi des projets ayant bénéficié de l’intervention du programme d’investissements d’avenir.

La sélection des projets se fait selon des critères rigoureux pour ne retenir que ceux à fort potentiel de croissance.

http://investissement-avenir.gouvernement.fr/

Le Commissaire général Louis Gallois, accompagné de son adjoint Philippe Bouyoux et de son équipe, coordonne les travaux interministériels sous l’autorité du Premier ministre. Il est chargé de veiller à la cohérence de la politique d’investissement de l’Etat. Pour ce faire, il prépare les décisions du Gouvernement relatives aux contrats passés entre l’Etat et les organismes chargés de la gestion des fonds, il coordonne la préparation des cahiers des charges accompagnant les appels à projets, il supervise l’instruction des projets d’investissement et formule des avis et des propositions. Enfin, il veille à l’évaluation des investissements et dresse un bilan annuel de l’exécution du programme.

Pour l’aider, une équipe resserrée réunissant des compétences de haut niveau en provenance des secteurs public et privé, a été constituée.
Les personnes ont été recrutées à l’issue d’une procédure de sélection rigoureuse, associant un cabinet de recrutement et un comité de nomination indépendant (constitué de personnalités d’horizons divers et présidé par Henri LACHMANN).

Le Commissariat général à l’investissement s’assure de la transparence et de la qualité des procédures de sélection, veille au bon emploi des ressources au regard des retombées attendues, ainsi qu’à la cohérence des différentes actions lors des trois différentes phases du programme d’investissements d’avenir :

  • Une première phase de préparation des conventions entre le Premier ministre et chacun des opérateurs (Agence nationale pour la recherche, OSEO…) pour fixer les objectifs de chaque action ainsi que les modalités de sélection et d’évaluation des projets.
  • Une deuxième phase de gestion des appels à projets qui consiste à la rédaction des cahiers des charges, à l’instruction des dossiers et à l’évaluation par un jury. La décision finale relèvera de l’Etat en dernier ressort.
  • Enfin, une troisième phase de réalisation et de suivi des projets ayant bénéficié de l’intervention du programme d’investissements d’avenir.

La sélection des projets se fait selon des critères rigoureux pour ne retenir que ceux à fort potentiel de croissance.

Publicités